lundi 28 septembre 2015

Légitime défense en Syrie ? Vraiment ?



Nous voilà engagés un peu plus contre l’EI, en Syrie cette fois. Quel évènement nouveau et quelle autorisation nouvelle de l’ONU nous autorise à le faire ? Je cherche. Est-ce l’afflux supplémentaire des immigrés que la Turquie déverse vers l’Europe ? N’était-ce pas un problème tant que ceux-ci étaient en Turquie et le devient s’ils arrivent en Europe ? Les immigrés sont-ils vraiment tous issus du Moyen-Orient où ne s’y mêlent-il pas des immigrés économiques de certains pays de l’Est européen ? La Syrie n’est-elle pas le pays légalement reconnu qui est en droit de demander de l’aide internationale ? La Syrie a-t-elle vu son siège à l’ONU lui être retiré ? Non. Il est clair que l’ingérence des occidentaux derrière les USA dans la guerre en Irak a au moins un semblant de légitimité car le gouvernement chiite irakien se bat sur son sol avec l’appui des occidentaux. Il n’en est pas de même de la Syrie où le gouvernement légal n’a pas demandé d’aide aux occidentaux dans une coordination des actions et n’a pas donné d’autorisation de survoler son territoire. La présence des occidentaux et en particulier des américains et des français dans les airs est une ingérence pure et simple qu’ils ont instituée en droit de regard sur un pays de leur choix, se proclamant gendarmes du monde. 

Mieux, sous prétexte d’attentats en France, nous nous sommes déclarés en guerre. Y-a-t-il eu une déclaration de guerre à l’Etat Islamique ? Nous avons déjà eu des attentats sanglants en France et cela n’a pas suscité une telle outrance dans les mots. Assurer la sécurité intérieure et la porter même au niveau maximal n’est-elle pas que la réaction normale contre des français conspirationnistes ? L’Etat Islamique a-t-il une armée prête à conquérir notre pays ? Comme nous avons trouvé la lutte pour la démocratie pour affirmer notre volonté de détruire Bachar el Assad, nous avions besoin de nous cacher dans la « légitime défense » pour poursuivre Daesh jusqu’en Syrie. Et nous voilà en train de nous mordre la langue pour faire comprendre que nous ne luttons plus contre Bachar el Assad mais que cela reste vrai pour plus tard. Hollande devient le Président opportuniste, le va-t’en guerre que rien n’arrête. Il était prêt à aller attaquer la Syrie par mer et par terre et n’avait été retenu par Obama qu’au dernier moment. Il ne cessait de dire que Bachar el Assad devait être éliminé de gré ou de force et nous voilà pris au piège d’une coordination obligatoire avec l’ennemi juré pour éviter des drames aériens.

J’ai dit en son temps que l’arrivée officielle de la Russie allait clarifier les choses et obliger les occidentaux à abattre leurs cartes, en particulier celles des USA et les nôtres. L’arrivée des forces russes peut mener au pire d’une confrontation USA-Russie mais, dans l’état actuel des choses, c’est la seule et unique solution pour arrêter ce carnage inutile de vies humaines qui compte déjà 250.000 morts et 8 millions de personnes déplacées, un anéantissement économique d’un pays sans véritable problème autre que son régime autoritaire mais beaucoup plus démocratique que ceux de nos amis d’Arabie saoudite et du Qatar. Les occidentaux vont devoir commencer à réduire leur double jeu d’attaques ciblées sur Daesh et de soutien financier et logistique officieux bien drivé par les services secrets occidentaux. Poutine combat toutes les forces qui s’opposent au régime légal syrien. Nous allons devoir dire si nous continuons à soutenir le reste des forces de libération syriennes à l’origine du conflit et reçus à l’Elysée comme des chefs d’Etat. La Turquie va devoir dire si ses véritables ennemis sont les kurdes et accessoirement Bachar el Assad ou l’Etat Islamique. Il va falloir clarifier la position vis-à-vis d’Al Qaïda qui est désormais présent aussi en Syrie et non-combattu par la coalition arabo-occidentale. C’est un grand coup de pied dans la fourmilière, dans les écuries d’Augias,  que vient de donner Poutine.

Peut-être peut-on espérer qu’enfin nous participions à cet acte humanitaire de sauvetage des chrétiens et des Yézidis qui subissent l’esclavage, les viols et la mort par égorgement. Mais il s’avère qu’il devient ridicule de gloser de nos attaques aériennes qui ont tué des humains alors que par ailleurs nous sommes complices de la création de ces extrémistes, de leur formation en Jordanie, de l’aide officieuse qui va jusqu’à les aider à recruter en permanence de nouveaux combattants (1.000 par mois). On ne peut comprendre autrement l’impossibilité pour une coalition de 24 pays de venir à bout d’une organisation terroriste si le but n’est pas le maintien d’un chaos jusqu’à la disparition du gouvernement libyen ouvrant toute grande l’expansion de l’extrémisme musulman vers l’Europe et les anciennes républiques de l’URSS.
L’arrivé de la Russie dans le concert international est un évènement de la plus grande importance. A l’ONU en ce 28 septembre 2015 une page de l’histoire du monde vient d’être tournée mais la France referme une page peu glorieuse de sa propre histoire avec une vision qui la met de côté de fait par les autres nations. La Ministre russe des Affaires étrangères :

« La France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée »


Un grand chef d’État ne peut être qu’un grand visionnaire

Et pas un larbin au service du plus puissant.

C’est cet homme qui nous manque ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon