samedi 5 septembre 2015

Flux migratoires et choc de civilisation, que faire ?



On est en train de nous vendre l’appel à l’immigration à grand renfort d’images fortes et de calculs économiques prouvant que l’immigration est une manne providentielle pour la croissance qui s’ajoute à la satisfaction de faire un geste humanitaire. L’image de l’enfant sur la plage de Bodrum n’a pas fait la une des tabloïds par hasard. Cette image ne peut être regardée que la larme à l’œil, c’est le but recherché mais elle nous émeut alors que des milliers d’enfants sont morts et continuent à mourir dans ces vagues d’hommes, de femmes et d’enfants qui croient ou à qui l’on a fait croire qu’ailleurs, en Occident, la vie était supportable. Que nos politiques qui prêchent l’émotion aujourd’hui nous fassent la morale est d’une impudence noire alors qu’ils en sont responsables et n’ont rien fait pour en cesser les causes, ni en prévenir les effets. Pour les persuader que de toutes façons l’enfer était où ils vivaient ils ont déclenché des guerres dans des zones de paix auxquelles on a refusé l’appellation de « démocratie ». La démocratie à l’occidentale que la Révolution Française a gagné dans le sang des nobles, le saccage des églises, par une vague de Terreur dont la barbarie aveugle était de la même nature que celle qui effacé toute l’histoire de Palmyre aujourd’hui et décapite à tour de bras, si j’ose cette horrible image.

L’Europe est le confluent de plusieurs flux migratoires, ceux d’Afrique qui nous intéressent particulièrement, ceux de l’Europe de l’Est qui intéressent l’Allemagne, et ceux du Moyen-Orient qui souhaitent se répandre préférentiellement au Royaume-Uni et en Allemagne par défaut. L’UE fait un amalgame de ces trois principaux flux alors qu’ils ont des caractéristiques très différentes. Par exemple l’accueil des migrants de l’Est ne pose pas de problème de civilisation, les autres flux oui parce qu’ils sont à majorité musulmane. Ces derniers apportent une autre civilisation. La civilisation est l’ensemble des phénomènes sociaux, intellectuels, artistiques, religieux, scientifiques et techniques d’une société. Une population est porteuse d’une civilisation qui est le résultat de son histoire. Lorsque sur un territoire une population est remplacée par une autre population aux références culturelles ou morales différentes, la continuité de l’évolution de la civilisation présente sur ce territoire est interrompue. Certains diront qu’elle s’est enrichie, ceci est vrai jusqu’à un certain point au-delà duquel l’assimilation n’est plus possible car la civilisation d’origine doit absorber plus de la nouvelle civilisation de peuplement qu’elle en fournit à celle-ci. « Les civilisations meurent par suicide, non par meurtre » disait l'historien britannique Arnold Joseph Toynbee et c’est ce qui est en cours en Europe en ce moment.

Ce problème est volontairement occulté et il est sous l’opprobre de certains gouvernements européens dont la France qui lutte contre le « racisme » car c’est faire preuve de racisme que de ne pas vouloir livrer notre pays à ce cheval de Troie. Nous sommes bien loin du raisonnement économique, qui ignore la plupart du temps les dépenses collatérales de santé, d’hébergement, d’assistance sociale et alimentaire, de scolarisation, de justice, de sécurité, etc. Il reste le problème humanitaire qui ne peut être résolu que par un tarissement des sources d’émigration et par une assimilation des individus assimilables, en gros ceux qui ont la volonté de s’assimiler. Sur ce point l’assimilation n’est pas la prise en compte par l’Etat de la langue, des mœurs religieuses vestimentaires, alimentaires, festives de cette civilisation. Elle est l’assimilation de notre histoire, de notre langue et de son passé judéo-chrétien qui marque encore profondément notre identité. Nos églises sont des symboles qui sont la propriété des agnostiques, des laïcs autant que des croyants.

Pour le reste que certains de ces clandestins, de ces migranvahisseurs méritent de l'aide, cela ne peut être nié car bon nombre d’entre eux sont les victimes innocentes des guerres que nous avons déclenchées. La première aide serait de ne pas détruire leur pays comme l’ont fait Sarko, Cameron, Obama et le bouffon BHL pour la Libye et les mêmes avec Hollande en Irak et en Syrie. La deuxième serait d’aider l’armée de Bachar el Assad  à poursuivre la reconquête de son pays et de laisser l’Iran aider le gouvernement irakien à faire de même dans son pays. Ces aides seraient la raison en suite de parler des conditions de paix au niveau international en s'appuyant sur le pays ayant encore de l'influence dans ces régions voisines de leur immense territoire, la Russie. Il faudrait aussi ouvrir des camps de réfugiés au plus près de la Syrie et de l’Irak, en Jordanie et au Liban par exemple. Mais le plus important est de démasquer officiellement le jeu stratégique américain si l’on ne veut pas que ceux-ci fassent capoter de nouveau tout règlement du problème du Moyen-Orient et de l’Afrique.

En cas de refus des États-Unis on pourrait affréter des bateaux pour amener les migrants sur les côtes américaines, on verrait bien si ceux-ci les accepteraient et en cas de refus on dénoncerait leur égoïsme aux yeux du monde et on laisserait les bateaux ancrés dans leurs ports. Mais on pourrait aussi demander à Israël, co-responsable des guerres dans ce secteur du Moyen-Orient de participer à l’accueil. Enfin l’Arabie Saoudite qui répand la terreur en Irak en aidant Daesh et bombarde le Yémen ne doit pas échapper aux conséquences de ses actes, tout comme le Qatar, notre autre grand ami. 

Entre la cessation des guerres d’ingérence en terres musulmanes 

Et l’assimilation qui est de notre responsabilité en France

Il devrait être possible de faire face au moyen terme 

Au-delà des mesures humanitaires d’urgence

Avant un choc de civilisation ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon