lundi 5 mai 2014

Retournement économique ou simple retournement de veste ?

Le Président vient d’annoncer le commencement d’un retournement économique après avoir changé de gouvernement. Doit-on croire à l’embellie ou n’est-ce que la suite d’un retournement de veste dans la communication ? Si c’est de la communication, on sait ce qu’il faut en penser avec l’inversion du chômage repoussée à 2017 après de nombreuses annonces de victoires non réalisées finalement. Demain le Président fête ses deux ans de pouvoir avec un record d’impopularité et il va essayer de retourner l’opinion à défaut de retourner à la croissance et à la baisse du chômage.

En effet en deux ans la France a battu des records, celui de l’endettement, celui du chômage, celui de l’imposition fiscale, celui de la délinquance, celui de la disparition des entreprises. La politique de déversement de liquidités vers les banques, donc vers les marchés, par rachat d’obligations pourries par la BCE, entraîne une légère embellie de l’économie européenne mais embellie fragile qui repousse les problèmes devant elle car l’endettement va encore progresser en 2014 dans l’UE hors l’Allemagne.

La France devrait donc profiter de cette embellie européenne mais moins que la moyenne des pays européens selon Bruxelles. Michel Sapin, le nouveau ministre des Finances, doit défendre demain son budget 2014 et ses perspectives pour 2015, d’ailleurs avec retard pour cause de remaniement ministériel. Bruxelles n’avalise pas nos prévisions de croissance et de réduction du déficit pour ces deux années. Pour Bruxelles, le déficit français devrait atteindre 3,9 % du produit intérieur brut (PIB) cette année au lieu de 3,8% pour le gouvernement, puis 3,4 % en 2015 au lieu de 3%. Il en est de même pour la croissance de 1,4% en 2014 et 1,5% en 2015 au lieu de 1,7% pour le gouvernement.

Michel Sapin va réaffirmer, comme son prédécesseur, que l’objectif des 3% de déficit par rapport au PIB sera tenu parce que… le gouvernement en a la ferme résolution ! Michel Sapin n’en est plus à une promesse près, il a donné avec l’inversion du chômage. Il n’est pas sûr que la Commission Européenne l’entende de cette oreille. Le pacte de Responsabilité de 50 milliards apparaît notoirement insuffisant pour faire repartir l’économie, c’est tout juste assez pour ralentir la disparition des entreprises. Même s’il était suffisant, l’année 2014 sera déjà en grande partie écoulée avant sa mise en œuvre. On sait de plus que son application n’aura que des effets dans au mieux un an vu l’état des entreprises actuellement avec une faiblesse des marges et un retard à l’investissement.

Le pari envers Bruxelles est très risqué et Bruxelles rendra son verdict et ses recommandations en juin. D’ici là les élections européennes auront encore affaibli le Président compte-tenu de l’euroscepticisme qui grandit et du mécontentement sur l’action gouvernementale. Le retournement économique a de fortes chances de se retourner contre son inventeur qui va être difficilement audible par les électeurs au moment où ceux-ci vont voir arriver pour le plus grand nombre une feuille d’impôt encore alourdi. Ce sera le cas des classes moyennes, surtout aisées, et des familles.

Dans un contexte économique où la faiblesse de nos grandes entreprises en fait des proies faciles pour les investisseurs étrangers qui soit les tuent pour éliminer un concurrent soit en expatrient les branches potentiellement rentables pour échapper à la fiscalité française, on ne donne pas cher de l’impact réel du nouveau gadget économique du Président.

Il faut néanmoins reconnaître que le retournement de veste est une réussite avec ce virage socialo-libéral assumé et la promotion de Manuel Valls majoritairement adoubé par les français. Ce virage abandonne le Front de Gauche et les écologistes, comme Mitterrand l’a fait pour les communistes. Leur existence même est menacée après les européennes. Mélenchon a été trompé en votant Hollande et paye cash son non-soutien actuel. Les Verts payent leurs dissensions internes. Mais la droite est dépossédée de ses arguments puisqu’ils font partie des nouvelles propositions gouvernementales et que le Premier Ministre est vu comme un homme du Centre, laissant Modem et UMP en quête de raison d’exister… Bravo l’artiste, le retournement de veste est magistral, tout le monde est au tapis… sauf lui ! 

Malheureusement le Président « enfumeur » continue son œuvre

Il surfe sur un nouveau slogan pour gagner du temps

Vend notre indépendance dans la vassalité

Et attend que l’Europe lui sauve la mise ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon