mardi 13 mai 2014

Entre lobby juif et invasion musulmane de peuplement.

Au moment où l’on demande aux Français de se prononcer sur l’Europe, alors que celle-ci étend ses vues sur l’Ukraine au risque de retour à la guerre froide, notre pays est en proie à deux dangers majeurs qui vont décider de la vie de ses citoyens. Ces deux dangers sont peu visibles en ce qui concerne l’influence du lobby juif et porteurs d’un avenir de restriction des droits de l’homme pour  ce qui concerne l’invasion de peuplement d’une civilisation qui ne reconnait que la loi du Coran. 

L’illustration du lobby juif, c’est la politique de l’unilatéralisme et de l’hégémonie américaine, que l’on voit se dérouler en Ukraine avec la st la pprésence américaine et israélienne dans la formation et le soutien aux insurgés de Kiev au nom de la démocratie, notre fer de lance au plein sens du terme. L’actualité nous met sous les yeux l’action de Boko Haram au Nigéria. On nous présente ces bandes armées comme des extrémistes qui n’ont rien à voir avec l’Islam ou qui l’auraient mal interprété. On semble oublier, alors que l’on vient de célébrer l’anniversaire de la fin de l’esclavage, que les arabes furent les principaux pourvoyeurs d’esclaves pour les trafiquants et les convoyeurs vers les États-Unis. 

Il n’y a pas deux Islam, ou plutôt si deux qui ne font qu’un. Il y a la face cachée, présentable, sur laquelle disserte Tarik Ramadan en Europe (avec un discours différent dans les pays à majorité musulmane) et les bras armés de l’Islam. Pour ces deux facettes de la conquête musulmane, l’objectif est clair, conquérir le monde, et en particulier l’Europe, en lui imposant les lois coraniques. Tout est bon depuis la victimisation dont l’OCI (Organisation de coopération islamique regroupant 55 pays musulmans) se fait l’avocate jusqu’à la déstabilisation progressive de tous les états africains à majorité non islamique par les attentats, les guerres et les razzias : le Mali, le Kenya, le Centrafrique, etc. ou à tendance laïque comme la Tunisie et la Syrie. Qui fournit ces armes aux 10.000 hommes ou plus qui font trembler les populations africaines ? Ce ne sont pas que les rançons, que nous nous gardons bien d’avouer mais les pays de la péninsule arabique, pays avec lesquels nous nouons les meilleures relations. 

La France est un terrain privilégié pour voir se développer ces deux dangers. En effet le danger du lobby juif est désormais présent avec tous ses effets néfastes sur l’avenir de l’Europe ou tout au moins de ses citoyens. Il est la cause du naufrage de l’Europe « occidentale » dans une vassalité où l’argent règne en maître sur fond de puissance armée. On ne peut que penser que Jacques Attali a tort quand il dit récemment « On est au bord d’une guerre mondiale », sans savoir d’ailleurs si ce n’est pas ce qu’il souhaite au nom du Nouvel Ordre Mondial qu’il appelle de ses vœux. 

Ce sont deux chercheurs américains de grand renom, l’un à l’Université de Chicago, J. J.Mearsheimer, l’autre à la Kennedy School of Government à Harvard, S. M. Walt, qui ont publié en 2007 une étude sans concession sur l’impact du lobby juif et d’Israël sur la politique américaine. Selon cette étude cette politique est influencée par ce lobby qui travaille activement à l’orientation de la politique étrangère américaine dans un sens pro-israélien. Ce lobby croit dur comme fer à la nécessité d’étendre la domination américaine, à la Pax Americana, et à l’exercice unilatéral de la puissance. Il pense que la force militaire est un instrument très utile pour façonner le monde de telle manière que l’Amérique en  tire profit. 

Selon cette doctrine, qui se veut philosophie, ce que font les Etats-Unis en exerçant la force, c’est pour le bien du monde. Seule la force paie, pas la négociation, pas la concertation. L’ennemi, c’est la faiblesse. Le mérite de cette étude publiée est que les auteurs sont tout, sauf antisémites, ils sont plutôt pro-Israël. Mais la politique d’Obama concède de plus en plus à la doctrine du lobby juif, à ne pas confondre avec les juifs ordinaires comme vous et moi. Depuis la Shoah, Israël est « intouchable », par amalgame, on n’a pas le droit de critiquer la politique d’Obama, voilà, le tour est joué. Critiquer les États-Unis, c’est critiquer Israël et critiquer Israël c’est être antisémite, comme le prône BHL. 

Cette technique touche à la perfection en France. Elle est largement utilisée par les médias pour justifier leur boycott de certaines formations politiques et pervertir la démocratie. Par exemple, la politique de « sortie de crise », est conçue par des Think Tanks et des banquiers à dominante juive, donc il est interdit par amalgame de la critiquer, encore moins de s’y opposerLa politique étrangère d’Obama ne peut plus non plus être critiquée. C’est ainsi que l’on voit avec la Syrie et l’Ukraine, entre autres, que nous entrons dans une phase belliciste où l’Ukraine n’est qu’un point de départ, comme une espèce de manœuvre militaire. 

Nous suivons en procession, vassaux aveugles que nous sommes devenus. Nos démocraties bannissent l’individu et l’intelligence au profit d’un logiciel collectiviste massifiant,  « ce guide des aveugles » dont les orbites sont vides, et sans vie.
 
Le monde réel n’est plus que des ombres sur un fond de caverne. 

Nous sommes devenus des pantins ne voyant pas les fils. 

Nourris gavés d’apparences et de croyances, 

Notre seul espoir c’est la clairvoyance. 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon