dimanche 4 juin 2017

Si vous êtes écolo, arrêtez les éoliennes



Il est illusoire de vouloir produire de l’électricité gratuite et la production d’électricité éolienne n’y échappe pas. Il est illusoire de vouloir produire de l’électricité sans impact sur l’environnement et la production d’électricité éolienne n’y échappe pas. J’ai largement évoqué les surcoûts de la production d’électricité éolienne de l’aveu même de la Cour des comptes publics. La politique de surcharge de normes de sûreté sur les réacteurs et d’arrêt politique prématuré peut seule faire grimper le coût du kWh nucléaire. On s’y emploie du côté du gouvernement. On rend nos réacteurs de moins en moins compétitifs, sous prétexte de sécurité renforcée, et on recule ainsi sur la vente d’un des fleurons de l’industrie française au profit des russes et des chinois en particulier. Chacun sait que pousser la probabilité du risque industriel vers zéro coûte de plus en plus cher au fur et à mesure que l’on s’en rapproche, mais le risque zéro n’existe pas. Pourtant nous prenons notre voiture ou l’avion avec une probabilité de mort bien plus élevée. Alors le risque admissible est devenu politique et idéologique.

Je sais que le nucléaire a le péché originel des explosions d’Hiroshima et Nagasaki, et que Tchernobyl et Fukushima ont conforté une peur plus irrationnelle que réelle chez nous. N’oublions pas que ce tsunami a fait de l’ordre de 20.000 morts avant d’être le déclencheur de la catastrophe nucléaire. Mais on n’a pas cessé de cultiver cette peur pour des raisons politiques et désormais économiques. Le lobby pétrolier a d’abord lutté contre le nucléaire, en subventionnant Green Peace, avant d’y prendre des actions, puis il a trouvé un autre champ de profit avec les énergies renouvelables, les EnRi. Il a ajouté l’appoint d’une phobie du réchauffement climatique savamment étayée par un faux consensus scientifique débouchant sur le déblocage de sommes considérables au niveau mondial. Un marché florissant leur est ainsi ouvert en particulier en Afrique où l’on n’hésite pas à entraîner les États dans des dépenses au-dessus de leurs moyens, comme certains pays commencent à s’en apercevoir. 

Même si le nombre de morts constatés comme réellement du au nucléaire est bien moins important que celui causé par l’industrie chimique (Bhopal, Seveso et AZF entre autres), on peut admettre que l’on recherche d’autres solutions. Malheureusement les EnRi ne répondent ni à la protection de l’environnement, ni à la lutte contre le réchauffement climatique si tant est qu’il existe, mais engagent les pays dans des dépenses somptuaires sur des durées de l’ordre de 20 ans. Mais l’article qui suit montre même que l’on introduit des nuisances supplémentaires qui agissent sur notre santé.
 
Le syndrome des éoliennes
31 mai 2017
Jean-Louis Butré

L’Académie de médecine confirme que les éoliennes provoquent une maladie nommée le  « syndrome des éoliennes ». Il se caractérise par une atteinte visuelle, sonore et psychologique.
L’Académie de Médecine avait auditionné la Fédération Environnement Durable qui lui avait remis une étude regroupant un échantillon de centaines de témoignages de riverains français présentant des troubles majeurs ainsi qu’un rapport de synthèse sur des études internationales concernant ce phénomène.
Dans son rapport publié le 9 mai 2017 l’Académie de Médecine a bien conclu que les éoliennes portent gravement atteinte A LA SANTE ET AU BIEN – ÊTRE des habitants, ce qui se manifeste par:
Des troubles auditifs: le bruit généré par l’éolienne se compose en partie d’infrasons. Inaudibles par l’humain, ceux-ci ne font pas plus de bruit que le battement du cœur transmis dans notre corps par l’oreille interne. Mais en provoquant « des phénomènes de résonance dans les cavités thoraciques ou de pulsations ressenties », ces infrasons peuvent se traduire en vibrations, constantes donc entêtantes ;
Une fragilité visuelle : la stimulation lumineuse fractionnée à cause de la rotation des pales peut induire un risque épileptique. Les clignotements des feux de signalisation viennent aussi perturber le confort visuel des personnes fragiles ;
Une sensibilité psychologique se manifestant par l’altération de la qualité du sommeil, des épisodes de stress, de dépression, d’anxiété, des troubles de la mémoire, une perte d’intérêt pour autrui, une baisse des performances professionnelles.
En demandant de prendre des mesures immédiates pour protéger en urgence les riverains, l’Académie propose aussi de lancer une étude épidémiologique nationale sur les nuisances répertoriées pour étudier à grande échelle l’impact de ce « syndrome des éoliennes ».
Les éoliennes tuent en détruisant la santé des personnes sensibles vivant à proximité, mais elles tuent surtout et immédiatement dans les pays fournisseurs de métaux rares, métaux rares dont l’écologisme ne parle pas. Ces métaux sont indispensables à la fabrication des alternateurs d’éoliennes pour qu’elles puissent rester suffisamment légères malgré leur gigantisme chaque jour plus insensé. J’en appelle aux vrais écologistes, ceux qui s’ingénient à sauver nos rivières, nos plages, notre agriculture, notre environnement en général. J’en appelle à ceux que l’on respecte pour la pureté de leur engagement, hors des lobbies, les vrais écologistes, à différencier de ceux qui pratiquent l’écologisme en tant qu’idéologie qui sature l’intelligence et le bon sens de vérités absorbées bouche ouverte et cerveau embrumé. Ne détruisez pas nos paysages avec des fermes éoliennes et leurs réseaux de lignes haute-tension de plus en plus denses. N’ajoutez pas des nuisances à notre santé et à celle de tous ce mineurs de Chine et d’ailleurs, car les éoliennes augmentent indirectement la pollution dont le CO2 et produisent un kWh plus cher, que vous paierez d’une façon ou d’une autre. Il n’y a pas d’énergie gratuite, il y a des rêves illusoires, dangereux pour l’homme et son environnement, et coûteux de surcroît. 

Si vraiment vous doutez et que vous êtes comme Saint Thomas, allez voir l’Allemagne de l’Est de la frontière de la Tchéquie à la Baltique, vous y verrez la pollution de l’air, les mines de lignite en activité ou rouvertes, les cheminées des centrales thermiques à proximité et la monstruosité des fermes d’éoliennes qui s’étendent à perte de vue. La dégradation des paysages est évidente et ne contribue certainement pas au tourisme. Croyez-vous qu’il faille aller encore plus loin pour sauver la planète, alors que 95% de notre électricité n’émet pas de gaz à effet de serre et que nous tenons le record des pays industrialisés surtout lorsque l’on constate (chiffres RTE) qu’un kWh produit par les EnRi entraîne 1 kWh d’électricité thermique et un surcroît de pollution ? Croyez-vous qu’il faille prendre le risque de déséquilibrer le réseau électrique français, voire européen, par les brusques variations de production des EnRi, avec des risques grandissants de « black-out » ? Croyez-vous que cela va améliorer notre balance des paiements et donner du travail chez nous, alors que la main-d’œuvre est surtout importée car moins chère, quand presque tout le matériel est importé, principalement, d’Allemagne, du Danemark, et maintenant de Chine ? C’est d’ailleurs pourquoi la Chine, premier pollueur, se réjouit de l’accord de Paris pour ses exportations. 

N’oubliez pas que les EnRi ne peuvent se développer que grâce aux subventions publiques et que certaines ONG et des partis « verts », au service du lobby des renouvelables, contrôlent les médias qui font croire depuis plus de 15 ans que seuls le vent et le soleil produiraient une électricité « propre ». Ce sont des affairistes qui produisent de l’électricité soi-disant verte alors qu’elle est intermittente et polluante. Ils exercent une pression sur les municipalités et les propriétaires de terrain, dissimulant les vastes problèmes à venir.  Pourtant ils ne sont que les agents d’intérêts financiers privés, parfois occultes. Si le démantèlement des centrales nucléaires est provisionné et à la charge d’EDF, celui des éoliennes est provisionné à 50.000 , soit très en dessous du coût réel plus proche de 400.000 €, le surcoût sera alors à la charge des propriétaires des terrains.

Les EnRi sont une arnaque de plus à laquelle 

On vous incite à participer au nom

Du sauvetage de la planète 

Et au plus grand profit

D’un lobby mondial !

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon