dimanche 30 avril 2017

Pourquoi faut-il sortir de l’UE ? (3ème partie)

Dans les deux articles précédents j’ai montré que désormais notre participation à l’UE ne peut plus s’appuyer sur des raisons économiques et sociales. Ni notre dette qui s’aggrave toujours, ni notre commerce extérieur qui reste très déficitaire, ni notre croissance atone, ni notre pouvoir d’achat (corrélé au PIB/habitant), ni notre taux de chômage (l’un des plus hauts de l’UE), ni notre politique étrangère calquée sur celle des États-Unis, ne peuvent justifier que nous restions dans une Union européenne qui nous vassalise et nous détruit lentement mais sûrement. Mais il y a au moins deux autres raisons de sortir de l’UE. La première c’est la perte de démocratie de notre pays par la privation de nos libertés d’expression avec le développement d’une censure médiatique, dont le DECODEX du Monde, Google, Amazon, etc. qui se sont attribués le droit de distribuer des étoiles jaunes, mais aussi par la prolongation sans fin de l’état d’urgence, et le refus de référendum pour le Mariage pour tous.

Ceci n’est que la prolongation du fonctionnement de l’UE où le référendum européen est proscrit depuis les incartades de plusieurs pays, dont la France, lors du vote de la Constitution européenne. D’ailleurs l’entrée de nouveaux pays dans l’UE n’a jamais fait l’objet d’une consultation populaire, c’est pourtant un point particulièrement important de notre destin. L’UE à 6 pays, proches économiquement et culturellement, n’a rien à voir avec une UE à 28 qui envisage d’annexer la Moldavie, l’Ukraine, la Géorgie, et la Turquie. Nos députés européens sont trop bien payés pour ne pas accepter d’augmenter leur raison d’être avec une UE élargie jusqu’aux frontières de la Russie. Ils ont d’ailleurs le soutien des États-Unis qui ne cessent de nous pousser dans ce sens en chargeant l’UE de nous faire passer le message de la Russie proclamée ennemi numéro 1. C’est la raison pour laquelle nous venons d’envoyer 400 soldats dans les pays baltes. Qui peut encore croire que tout cela c’est à cause de la Crimée, très ancien territoire russe qui a voté en masse pour son retour historique et n’a nullement l’intention d’en ressortir ? 

Le pouvoir monarchique dont a bénéficié Hollande a permis de prendre des sanctions contre ce pays en rompant un contrat de vente des Mistral et en prenant des sanctions économiques contre la Russie. La signature de la France n’a plus de valeur et la démocratie est inexistante dans un pouvoir monarchique de l’exécutif qui a tout l’assemblage législatif et la plus grande partie du tissu politique territorial. Tout passe, l’opposition est là pour que le mot « démocratie » puisse être brandi sans être utilisé. D’ailleurs c’est vers un parti unique que nous prépare Emmanuel Macron, si, comme cela s’est toujours passé, son élection à la Présidence entraîne une majorité de celui-ci aux législatives puisqu’il aura seulement une opposition des partis divisés aux extrêmes.

Je persiste d’ailleurs à dire que c’est notre propension grandissante au vote « utile » dès le premier tour de l’élection qui génère ce genre de situation en empêchant l’éclosion d’une véritable répartition démocratique des opinions. Ce genre de réaction est évidemment encouragé par ceux qui n’ont pas envie que cela change puisqu’il leur assure de rester dans le bon wagon même si aujourd’hui il faut le repeindre en bleu-rose. L’apparition d’un parti unique nous mène tout droit au fonctionnement de l’URSS où une nomenklatura technocratique dirigeait le pays avec une opposition démocratique de façade. Cela devient aussi la copie conforme du fonctionnement de l’UE. L’ensemble est ainsi plus facilement manipulable par l’oligarchie financière à laquelle tout le monde doit se soumettre pour exister. 

Mais il y a une seconde raison supplémentaire pour sortir de l’UE au plus vite, c’est la montée du régionalisme. Il est tout-de-même ahurissant que le nouveau découpage régional, réforme structurelle fondamentale, ait pu être décidée un soir entre amis sur un coin de table avec carte de France, crayon, gomme et téléphone portable. Ceci étant fait, le pouvoir monarchique a permis cette transformation du paysage administratif français sans passer par un référendum. N’oublions pas que les socialistes avaient fait tomber De Gaulle grâce à un référendum sur… la régionalisation. Mais si Hollande a lancé cette transformation, c’est avec les encouragements, sinon les directives, de l’UE au sein de laquelle les régions des différents pays trouvent une administration à leur écoute et distributrice d’aides financières. C’est ainsi que l’on voit la Corse envisager son indépendance. Mais c’est le cas de la Catalogne, de l’Écosse, de la Flandre, etc. Car la carte des futures régions européennes est prête et publiée par l’ALE, le mouvement écologiste européen. On y voit, en ce qui nous concerne, le franchissement des Pyrénées par les basques et les catalans venant prendre nos deux départements frontaliers.


C’est donc bien un schéma à l’américaine qui se prépare sans que notre peuple soit alerté. Les nouvelles régions doivent ressembler aux comtés américains, les États européens doivent disparaître de fait en rendant leur pouvoir de plus en plus réduit, et le fonctionnement de l’UE converger vers le fédéralisme. L’UE est aux mains de l’oligarchie anglo-saxonne qui se décline sur l’oligarchie européenne avec une technocratie aux ordres. Cette oligarchie dispose in fine d’un ensemble territorial parfaitement contrôlable englué dans un TAFTA et soumis à la présence et au diktat de l’OTAN. En clair c’est le schéma d’une Europe sans identité, multiculturelle et multicultuelle, dans laquelle l’apport migratoire incessant viendra faire avorter toute identité constituée, source de rébellion possible. 

C’est sûrement la principale raison qui justifie une sortie rapide de l’UE, mais c’est aussi la raison la plus soigneusement cachée. La régionalisation a été présentée comme une mesure rationnelle d’économie et avec le slogan habituel de l’union fait la force. Des régions plus puissantes seront plus efficaces. On se demande alors pourquoi le raisonnement ne va pas jusqu’à L’État. C’est tout simplement parce que L’État doit disparaître. Car en fait il est plus que probable que l’on ne va pas vers des gains d’économie d’échelle mais au contraire vers des dépenses supplémentaires comme l’affirme la Cour des Comptes… mais quel écho a encore son opinion ?

L’arrivée de Macron au pouvoir, l’hologramme de Hollande, signifie la poursuite de toute cette évolution destructrice de notre nation dans un agglomérat fédéraliste aux mains de l’oligarchie financière. Macron doit terminer le travail entrepris depuis Maastricht par Mitterrand et accéléré par Sarkozy et Hollande. Il est évident que ces deux derniers n’ont vraiment que faire du peuple français et n'ont satisfait que leur envie de pouvoir et d’argent. Macron, qui se veut poulet de l’année et blanc comme neige, vient de chez Rothschild et était en couveuse depuis ses études. Son passage comme conseiller de Hollande, puis comme directeur de cabinet du Président, et enfin comme Ministre de l’Économie, le rend responsable de tout ce qui a marqué le quinquennat. C’est bien lui qui a vendu Alsthom à GE et à vil prix, ce n’est pas un partenariat. Macron veut les pleins pouvoirs en anesthésiant définitivement l’opposition dans un parti unique phagocytant tous les anciens caciques de l’arc républicain. Alors pourquoi le peuple est-il prêt à l’élire ? Nous en parlerons dans le prochain article.


La France a déjà largement perdu son indépendance et sa démocratie, 

Mais elle sent que quelque chose de grave se prépare.

Alors il est très urgent de la tuer définitivement 

Avant qu’elle ouvre les yeux et se rebiffe !

N’hésitez donc pas un instant 

Votez  pour Macron…

Dit Hollande !


Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon