mardi 25 avril 2017

De la Sainte Alliance à la Bête immonde



L’oligarchie financière n’a pas réussi à porter Hillary Clinton au pouvoir, elle entend bien ne pas rater l’occasion avec Emmanuel Macron. Les commentateurs politiques, qui font leur audimat dans des considérations de luttes politiques où on s’ingénie à parler des tactiques électorales, des bruits de couloir dans les états-majors des partis, qui vont même jusqu’à mettre en exergue les querelles plutôt que les accords internes, se font les chantres d’un faux combat entre les deux candidats du second tour. L’oligarchie financière ayant en main tous les médias mainstream, ces commentateurs savent bien que le vainqueur est désigné et que le reste est du théâtre politico-médiatique pour nous laisser croire que la démocratie existe encore en France. J’ai montré dans un article sur le vote utile, que nous avons désormais un système démocratique qui conduit à la monarchie. Le Président Hollande a gouverné en monarque, tant l’opposition était désarmée sans la possibilité de renverser le gouvernement, et avec une France des régions quasi-totalement acquises et une majorité rose dans les départements et les villes.

Hollande nous a d’ailleurs bien fait comprendre que le référendum était inutile à propos du «  Mariage pour tous » et il a fallu la fronde au sein du parti socialiste pour dégainer le 49-3. L’alliance oligarchique a mis la main depuis 2002 sur les élections en choisissant dans un premier temps les candidats potentiels, chapitrés et adoubés pour entrer dans l’arène, en particulier dans les groupes de « réflexion » comme Bilderberg. C’est l’un d’entre eux qui sera finalement choisi pour être Président avec toute la puissance de l’argent et des principaux médias qui l’aideront à faire sa campagne. La campagne est celle du « paraître », le fond importe peu. Lorsque le choix est fait, tous les autres challengers choisis auparavant doivent disparaître ou se rallier, Valls, Juppé, Sarkozy, Fillon. Ce fut déjà chose faite pour Dominique Strauss-Kahn qui avait défié le FMI en mettant en cause le dollar comme monnaie de réserve, c’est chose faite pour Fillon qui a parlé de relations cordiales avec la Russie. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. 

Ajouter une légende
Le coup doit être mortel. Il faut l’effet de surprise qui fait balbutier le candidat ciblé, une célérité des organismes dépendants du pouvoir à transmettre le dossier à la justice et une campagne médiatique menée tambour battant. Telle la mouche prise dans la toile d’araignée, la mort est programmée. L’immoralité des pratiques d’un nombre important de nos députés est évidente mais perdurait depuis bien longtemps. On apprend même que les jeunes députés, Hollande et Ségolène, s’étaient institués attaché parlementaire de l’autre et réciproquement. L’illégalité de la pratique est loin d’être prouvée mais peu importe, le but est atteint. Il suffit ensuite d’étouffer toute tentative de déstabilisation du candidat Macron choisi, en mettant la sourdine dans les médias sur son patrimoine par exemple. La démocratie va donc déplacer des millions d’électeurs pour une pièce jouée d’avance.

L’appétence de tous les politiques pour un portefeuille, ou un poste important dans la Haute-Administration, ou dans les nombreuses Commissions existantes ou créées ex-nihilo, fait que les caciques se précipitent en rang serré vers le donneur programmé de pouvoir et d’argent. Il en est de même pour les partis politiques ayant un poids important. C’est le cas de Mélenchon qui ne donne pas de consigne de vote mais se ralliera aujourd’hui ou après les législatives pour recréer la Sainte-Alliance des républicains de gauche et de droite contre la Bête immonde qui sert à chaque fois pour se doter de voix ou d’un pouvoir absolu. Cette fois au lieu d’avoir deux partis qui se succèdent au pouvoir pour faire la même chose, c’est-à-dire ce que leur demande Bruxelles, nous nous dirigeons vers un parti unique omnipotent élu par nos soins au nom du vote utile, sous-entendu anti-FN. 

Depuis Mitterrand cette tactique a prouvé son efficacité. Le peuple est ainsi prêt, dans sa majorité, à accepter n’importe quoi pourvu que le FN échoue. Mitterrand nous a fait voter Maastricht mais depuis l’oligarchie financière s’est imposée sur la démocratie par l’intermédiaire de Bruxelles en transformant nos gouvernants en simples marionnettes. Le peu de pouvoir qui leur reste est soumis à une obéissance sans faille sur les grandes orientations économiques européennes, et le budget public est sous un contrôle de plus en plus strict. Chacun sait que : qui détient l’argent, détient le pouvoir. Plus le pays s’appauvrit par suite de son manque de compétitivité à cause d’un euro trop fort, plus le pays devient dépendant de ses maîtres. L’exemple est sous nos yeux avec la Grèce qui est sous tutelle et nous allons voir sombrer l’Italie où les principales banques en faillite demandent le secours de l’État et de l’UE qui refuse par peur de contagion.

Nous nous dirigeons vers un nouvel épisode monarchique sous l’égide de l’oligarchie financière et de Bruxelles où l’UE félicite déjà chaleureusement celui qui ne peut manquer d’être l’élu des citoyens. Macron ne se fait d’ailleurs aucun souci, et fête déjà à la Rotonde sa victoire auprès de tous les représentants des puissances financières et des affamés de pouvoir et de notoriété, qui vont grenouiller dans tous les milieux, journalistiques, bancaires, industriels, artistiques, etc. pour vanter, comme à Versailles, le nouveau monarque. N’oubliez pas que Macron avait dit que la France avait la nostalgie d’un roi. De toute évidence, ceux qui voteront pour lui, enfin ceux de la France d’en bas, seront cocus car les dix ans passés ont montré qu’ils n’ont rien retiré de bon, ni pour le chômage, ni pour la sécurité, ni pour le pouvoir d’achat, ni pour les prestations sociales, ni pour les retraites, ni pour le SMIC qui a suivi péniblement l’inflation. 

Ils auront donc la même évolution qui conduit à l’augmentation globale des taxes et impôts, à leur argent déversé sur les entreprises mais surtout les grosses, au nivellement du SMIC après un coup de pouce électoral, l’abandon de la politique familiale, l’absorption d’un flux migratoire au gré de la politique européenne, l’envoi de troupes dans tous les pays désignés par l’OTAN, la désignation de la Russie comme ennemi numéro 1, la poursuite de la guerre contre Bachar El-Assad sous couvert d’une guerre contre Daech, comme si ce n’était pas la Russie qui le faisait reculer. La France sera le protectorat américain prêt à s’engager dans une guerre totale au côté des Etats-Unis et du Royaume-Uni sans que le peuple puisse en décider dans une monarchie qui a beaucoup plus les aspects du fascisme que celui dont on affuble le FN.

Il faut que les français fassent encore cette troisième expérience, qui sera au moins aussi désastreuse que les deux précédentes, pour prendre conscience que l’oligarchie financière et l’UE ne sont qu’un seul et même vampire qui suce le sang de notre peuple et s’en nourrit grassement, que le flux d’argent des pays du sud de l’UE vers le nord, et en particulier vers l’Allemagne, nous voue au même sort que les grecs. Il leur faut comprendre que l’UE veut rayer les frontières, donc les Etats, pour en faire des États-Unis d’Europe où une nouvelle carte des régions fera disparaître celle des États actuels, et pour retirer toute trace d’identité dans une société multiculturelle et multicultuelle, qui en feront un ensemble modelable à souhait en jouant sur des oppositions affaiblies territorialement et économiquement. Le vieux précepte diviser pour régner est en train de rayer de la carte du monde la France historique, l’un des grands pays du monde… avec notre accord démocratique. Mais ils savent que leur démocratie ce n’est plus le pouvoir du peuple pour le peuple, c’est l’utilisation du peuple pour l’oligarchie financière qui distribue les miettes nécessaires à la survie du nombre d’individus qu’ils auront choisi. 

Le peuple n’a pas d’autre solution que d’ouvrir les yeux et de faire tomber les œillères qu’on lui met depuis bientôt trente ans, car c’est la seule crainte de l’oligarchie financière avec celle de la révolution. Il faut briser nos chaînes et sortir de l’UE et de l’OTAN, il n’y a pas d’autre solution. Les évènements à venir, qui vont être très désagréables voire catastrophiques, vont aider à cette prise de conscience. Pour l’heure il nous reste à manifester notre refus des candidats qui ne veulent pas vraiment sortir de l’UE ou qui nous y conservent, en pratiquant l’abstention. Les députés européens Mélenchon et Marine Le Pen savent bien, depuis 23 ans pour l’un et 15 ans pour l’autre, que l’on ne peut rien faire à l’intérieur du Parlement de Strasbourg pour changer les choses. Ils n’ont donc pas l’intention de tuer la vache qui les nourrit. Je crois que c’est clair.
 
Ouvrez grands vos yeux et retenez votre main 

Avant de déposer votre bulletin dans l’urne.

On ne vote pas Contre en vraie démocratie 

On vote Pour ceux qui ont compris

Que tout notre avenir est écrit 

A notre place par la finance.

Donc abstenons-nous 

Pour le dire !
Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon