jeudi 2 mars 2017

Les stigmates du Système à la manœuvre

Dans l’article précédent où j’ai osé une statistique sur les « j’aime » de Facebook, j’ai pu montrer que le doute sur la véracité des sondages n’était pas qu’une pensée malsaine mais bien au contraire une méfiance nécessaire. Les épisodes du Brexit et de l’élection de Donald Trump n’en sont que les exemples les plus récents. Mais le sentiment que les choses s’accélèrent n’est pas sans fondement. Le Système, celui de l’oligarchie ploutocratique des Maîtres du Monde, est visiblement aux abois. Les déclarations de Juncker sur l’impossibilité de sortir de l’euro et sur le refus du référendum pour l’avenir montre que l’on serre les boulons d’une machine de plus en plus bringuebalante, l’UE. Celle-ci, étant l’enfant de la stratégie du « gouvernement de l’ombre » des Etats-Unis, où l’on retrouve les grands banquiers, les grandes multinationales, la CIA entre autres, doit être soutenue par eux coûte que coûte. Des mouvements "populistes", c’est-à-dire qui tiennent à voir le peuple s’exprimer, sont donc à démolir et à caricaturer au maximum, car ils sont de plus en plus nombreux et puissants au sein de l’UE.

On le voit en Allemagne, où Angela Merkel devient très contestée, en Italie où Mateo Renzi s’est vu proprement désavoué et poussé à la démission sur un vote dont l’enjeu était bien l’appartenance à l’euro, aux Pays-Bas où les élections pourraient voir émerger un parti anti-UE, en Hongrie où on fait sécession en fermant les frontières, en Pologne où l’on met en garde l’UE sur l’immigration. En France le rejet des anciens responsables politiques qui ont œuvré depuis au moins trois quinquennats est de plus voyant après l’élimination de Duflot, Lemaire, Juppé et Valls. Mais tous ces candidats étaient des enfants du Système que l’on reconnait à leur servilité à Bruxelles. Ce sont eux qui ont mis le budget de l’État, donc la finance et la monnaie, entre les mains de Bruxelles. N’étant plus maîtres de nos orientations budgétaires, de nos investissements à court et moyen terme qui passent au contrôle de l’UE, nous avons de fait perdu notre souveraineté. C’est comme si lorsque votre enfant majeur et gagnant sa croûte devait toujours vous demander la permission de se payer une voiture qu’il peut payer seul. Où serait son indépendance, sa liberté d’agir ? 

En fait sans s’en rendre toujours compte, le peuple est en train de rejeter l’UE ou l’euro pour le moins, car c’est le véritable lien qui existe entre tous ces anciens politiques, l’allégeance à l’UE et de ce fait au Système. Macron, le nouveau joker, en fait évidemment parti puisqu’il est propulsé par Rothschild et Goldmann Sachs. Il a d’ailleurs montré en cédant Alsthom et en appliquant la directive de Bruxelles dans la loi Travail qu’il était bien aux ordres. Les médias mainstream nous abreuvent d’articles et d’émissions sur les « on », Hamon, Macron, Fillon, tous englués dans le Système. Ils nous projettent ainsi, avec les sondages en plus, l’image et le son que tout se joue là. Ils insinuent en nous l’idée que la partie va être gagnée par l’un des trois car ils s’allieront tous contre la peste Marine Le Pen, raciste, fasciste, protectionniste, et anti-euro voire anti-UE. Elle cristallise l’ennemi qui rejette le globalisme, doxa du Système, avec des souverainistes et des gauchistes commençant à douter des bienfaits de l’euro et de l’UE.

Il m’a semblé intéressant de reprendre le petit sondage Facebook de l’article précédent pour voir ce qu’il nous dit sur ce sujet. Le graphique ci-contre est particulièrement parlant. Si l’on en croit son résultat le front anti-Système représente une écrasante majorité (bâtonnets en rouge) de près de 82% contrairement à ce que nous disent tous les sondages payés en sous-main par les suppôts du Système. Je dois à la vérité qu’il s’agit d’un sondage sur les utilisateurs de Facebook. Toutefois ils sont de plus en plus nombreux et ils ont un pouvoir d’influence sur le reste de l’électorat qui est grand parce qu’ils détiennent des informations que les autres ne voient ni dans la grande presse régionale et nationale, ni sur les chaînes nationales publiques et privées, comme TF1 et BFMWC. Ces dernières sont maîtrisées comme la presse par quelques grandes fortunes comme Bouygues et Drahi. D’une façon générale on constate que l’ensemble des médias sont aux mains des géants du CAC40. Mais si ce sondage Facebook est plus proche de la vérité que les sondages truqués dont nous sommes abreuvés, il contient une grande lueur d’espoir. Le peuple a ouvert les yeux et il pourrait bien découvrir le pot aux roses et donner un grand coup de balai à la Trump. 

Un document révélateur, qui va dans le sens de notre vassalité aux grands banquiers ou milliardaires, a été publié par l’Open Society de Georges Soros et intitulé « Reliable allies in the European Parliament (2014-2019) », soit les alliés au Parlement Européen durant la mandature 2014-2019. Ce fascicule contient les noms de 226 députés européens (sur 751) susceptibles d’être des alliés fiables de l’Open Society dont 15 français publiés par le site www.comite-valmy.org :
 
·    Michèle ALLIOT-MARIE (notamment pour ses liens avec des dirigeants africains)
·    Guillaume BALAS (député européen en charge du programme de Benoît Hamon)
·    Alain CADEC (pour son rôle au sein de la délégation du Parlement Européen auprès de la Russie)
·    Jean-Marie CAVADA (Député européen signalé comme en perte d’influence)
·    Karima DELLI (notamment pour les questions des Roms, du gender et LGBT)
·    Marielle DE SARNEZ (députée européenne, Vice-Présidente du Modem)
·    Sylvie GOULARD (notamment au niveau de la politique monétaire)
·   Sylvie GUILLAUME (sur les questions d’immigration, de lutte contre les populismes et de LGBT)
·    Yannick JADOT (député européen écologiste, candidat rallié à Benoît Hamon)
·    Eva JOLY (députée européenne  a rejoint l'équipe de campagne de Benoît Hamon)
·    Alain LAMASSOURE (eurodéputé du parti Les Républicains)
·    Edouard MARTIN (eurodéputé syndicaliste membre du PS)
·    Elisabeth MORIN-CHARTIER (notamment sur le gender et les droits de l’homme)
·  Younous OMARJEE (eurodéputé « Union pour les Outremers » pour la transition énergétique)
·  Christine REVAULT d’ALLONNES BONNEFOY (sur les questions de gender et d’immigration)
·     Marie-Christine VERGIAT (notamment sur le gender et les droits des minorités)

Tout ce beau monde œuvre dans l’échiquier politique du Système et de George Soros, le milliardaire qui a mis à genoux la Banque d’Angleterre et payé les révoltes un peu partout dans le monde, et espère bien continuer à spolier le peuple de sa liberté et de son argent.

Il n’y a pas de solution mi-figue mi-raisin pour notre pays. 

Un  grand espoir peut se lever mais ne dépend

Que de la mobilisation de notre peuple 

Pour la « révolution des casseroles »

Comme l’on fait les Islandais 

Au son de « Tous dehors ».

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon