mercredi 25 mai 2016

L’Europe ? Cacophonie antidémocratique, antisociale et meurtrière (14ème partie)


Un pays domine encore le monde car sa puissance militaire dépasse de loin tous les autres Etats, le budget qui y est affecté est sans commune mesure. Ce pays, c’est les États-Unis. Pourtant sa puissance économique n’est plus à la hauteur de sa puissance militaire et le pétrodollar donne des signes de faiblesse. Le couple Russie-Chine présente une puissance militaire russo-chinoise conjointe qui le place en deuxième position, une puissance économique chinoise de premier plan, et une place de choix dans les monnaies de référence avec le yuan. Sur ce dernier point la guerre des monnaies est ouverte et ces deux pays se débarrassent des obligations américaines pour engranger de l’or et intensifient leurs échanges non plus en dollar mais dans leurs monnaies respectives. D’autres pays se joignent progressivement à eux.

C’est dire l’importance que revêt la réélection de Barack Obama le 6 novembre 2012. Mais un autres évènement va donner toute son importance à une montée de l’opposition entre des représentants de la civilisation occidentale et la musulmane, c’est l’assassinat de l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye Christopher Stevens qui signe l’arrivée du chaos dans ce pays et la nouvelle arrivée des USA en 2016 suite à la colère provoquée par le film L'Innocence des musulmans. Mais aussi l’Amérique de la violence avec la comparution devant la justice le 23 juillet de ce tueur de 24 ans, James Homes , auteur du meurtre de 12 personnes lors de la première de "Batman" à Aurora (Colorado, ouest des Etats-Unis) et suivi de  la tuerie de Newtown, dans le Connecticut, faisant 26 morts, dont 20 enfants le 14 décembre.
 
Moins révélatrice des tendances géopolitiques et des dangers qui nous menacent en France ou  dans le monde, l’année 2012 les a confirmés et nulle inflexion n’apparaît dans la politique des Etats-Unis avec l’élection d’Obama. L’arrivée de François Hollande à une courte majorité, 51,64% soit 1.140.000 voix de plus, a mis en lumière l’apport décisif de la « diversité ». On sait déjà que 2017 verra ce poids potentiel augmenté de 3,2 millions environ chez les musulmans. Ce n’est plus un potentiel de suffrages exprimés de 1 million que cette diversité présentera, mais de l’ordre de plus de 1,5 millions. Ce dernier chiffre est à rapprocher de l’écart de voix qui a séparé les candidats au 2ème tour des présidentielles pour comprendre que si 90% des voix exprimées musulmanes avaient suffi pour faire basculer le vote en 2012, il suffira de 80% des voix dans le même contexte en 2017. Le deuxième constat est que le vainqueur de 2012 n’a obtenu que 39% du corps électoral pour plus de 24% du camp du refus de voter (abstentions, blancs et nuls). Cela montre la fragilité de la démocratie dans ce pays où le lien vertical indispensable à sa stabilité n’existe pas et l’année 2016 va le mettre en lumière. 

L’année 2012 finit par le discours de vœux du nouveau Président de la République. Ce fut le premier flop de communication de François Hollande, habillé en Président « normal » pour effectuer son premiers discours de vœux à la nation dans un décor enlevant toute solennité à l’évènement. Son premier constat fut le constat d’une prise de fonction dans un moment « particulièrement grave de crise économique avec un chômage qui progresse implacablement et une dette record ». Sa confiance dans l’avenir s’appuie sur le constat que « la zone euro a été sauvegardée et l’Europe a enfin mis en place les instruments de stabilité et de croissance qui lui manquaient ». « Mon premier devoir, mon seul devoir, est que notre pays avance et que notre jeunesse retrouve espoir ». Nous mesurons aujourd’hui le recul de notre pays qui fait moins bien que la moyenne des pays de l’UE, et le désespoir des jeunes dans leur avenir, qui descendent dans la rue, et l’intensification de leur émigration. Le Président continue :

« J’ai pris trois décisions majeures, le rétablissement de nos comptes publics,[…], le pacte de compétitivité grâce à un crédit d’impôt aux sociétés de 20Mds€, [troisièmement] maîtriser la finance avec la création de la banque publique d’investissement, la prochaine loi bancaire qui nous préservera de la spéculation et la taxe sur les transactions financières enfin introduite au niveau européen dès l’année prochaine. » La Banque publique d’investissement BpiFrance n’est que le regroupement d’organismes préexistants dont l’utilité n’est pas contestable en soi mais le choix est laissé à 90% aux régions et peut laisser un champ important à des conflits d’intérêts et à de la corruption. Elle a néanmoins permis de trouver un emploi provisoire à Ségolène Royale en attendant de lui donner un ministère. Hollande prononce une décision qui n’est pas de son fait sur la loi bancaire, laquelle d’ailleurs ne verra qu’une séparation plus formelle que réelle avec la filialisation du secteur spéculatif des grandes banques. Quant au crédit d’impôt son impact sera révèlera bien faible par rapport au problème de la compétitivité. 

Après des phrases d’autosatisfaction sur la hausse du SMIC et du RSA, la retraite à 60 ans pour ceux ayant commencé tôt, les enseignants plus nombreux et mieux formés. « Toutes nos forces seront tendues vers un seul but, inverser la courbe du chômage d’ici un an, avec 150.000 emplois d’avenir pour les jeunes les plus éloignés du marché du travail, avec les contrats de génération […] ». « L’ouverture d’une négociation avec les partenaires sociaux est ouverte sur la sécurisation de l’emploi avec plus de stabilité aux salariés et plus de souplesse aux entreprises ». Le contrat de génération a été un fiasco et les emplois d’avenir un effet d’aubaine pour les entreprises mais d’effet limité. Le Président insiste sur l’investissement : « Notre pays a besoin d’investir, investir dans tous les domaines, filières industrielles et agricoles, logement, environnement, santé, recherche, nouvelles technologies.[Il sera mis en place] une stratégie d’investissement public comme privé pour moderniser la France à l’horizon 2020. » Ceci n’a pas vu l’ombre d’un effort supplémentaire sauf dans les énergies renouvelables. Il poursuit sur le mariage pour tous et sur le non-cumul des mandats, la fin de l’engagement français en Afghanistan, le soutien de la France à l’opposition en Syrie contre la dictature, soutien aux peuples africains au Mali qui luttent contre la menace terroriste.

En ce qui concerne l’enseignement par l’Éducation Nationale, seul le résultat compte et il est désastreux dans toutes les évaluations internationales. L’inversion de la courbe du chômage pour 2013 est ratée et de toutes façons le chômage aura augmenté durant la durée du quinquennat. Les bons chiffres de mars-avril 2016 ne doivent pas cacher la hausse des radiations et l’augmentation de ceux qui renoncent à s’inscrire à Pôle emploi. Pour les négociations avec les partenaires sociaux, ils montrent sur la loi El Khomri que le climat est loin d’être apaisé. Enfin le retour de nos soldats d’Afghanistan laisse un pays toujours en proie aux actions des talibans. Notre présence au Mali n’a pas réglé le problème de fond, en particulier avec les Touaregs et les attaques terroristes n’ont pas cessé. Nous verrons dans un prochain article ce que l’année 2013 va apporter comme signes porteurs de notre avenir.  

La France de 2012 est dans l’antichambre du mondialisme

Son Président recommence une vassalisation 

A l’UE et aux puissances financières,

Bancaires, économiques

Et militaires !

 Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon