jeudi 17 avril 2014

Suicide collectif dans une dévaluation interne



L’Allemagne en a assez de faire jouer la solidarité envers ses partenaires européens même si elle a largement ponctionné la richesse de ces pays par une exportation conquérante. Il est vain de le leur reprocher, ils ont fait ce que leur recommandait leur intérêt. L’Allemagne est devenue puissante et ne s’endette plus mais l’allemand a consenti de moins bien vivre que le français en votant pour cette politique. Les élections allemandes passées, l’Allemagne œuvre pour imposer à ses voisins une mise à niveau allemande. Il s’agit de diminuer le coût salarial des entreprises, de l’État et des collectivités locales, des retraités pour effectuer ce que l’on nomme une dévaluation interne.

Le nouveau premier ministre a déjà annoncé la couleur pour récupérer les 50 milliards d’économies : 18 milliards seront à la charge de l’Etat et de ses agences, 11 milliards pour les collectivités locales et 21 milliards au chapitre de la protection sociale dont 10 milliards sur les dépenses de l’assurance maladie, et 11 milliards sur la gestion du système social, promettant de préserver les minima sociaux, mais repoussant pour plus tard la revalorisation exceptionnelle du RSA, décidé pourtant dans le cadre du plan pauvreté de janvier 2013, ainsi que le complément familial et l’allocation de soutien familial, tous reportés à l’année prochaine. 

Le gouvernement cherche habilement à faire passer un mouvement antisocial sans précédent sous le prétexte du déficit à diminuer pour respecter les engagements de la France. Il fait même passer ses économies de 18 milliards sur le budget de l’État en 3 ans pour une diminution de ses dépenses. Tour de passe-passe car en réalité il s’agit seulement d’une moindre croissance de celles-ci car elles augmentent naturellement de 7 milliards par an. La véritable ponction s’effectue sur le niveau de vie des français qui n’échapperont pas à une véritable diminution de celui-ci d’autant plus que les prestations sociales seront mises à contribution. Malgré toutes les dénégations du gouvernement on peut s’attendre que d’une façon ou d’une autre le français doive mettre la main à la poche comme déjà vont le faire les familles. 

L’aide aux plus démunis n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois, car sans résorption du chômage avant longtemps vu la pente descendante de notre tissu industriel et le peu d’impact que le pacte de responsabilité aura sur les entreprises de service pourvoyeuses d’emploi, les plus démunis ne verront que leur niveau de vie diminuer moins vite que les autres. A cela il faut ajouter la plus invraisemblable mesure à savoir le recrutement de 60.000 fonctionnaires de plus en même temps qu’on gèle les augmentations de salaire hors promotion dans un secteur éducatif qui peine à recruter. 

Faire en sorte que le niveau de vie des français ne fasse pas honte aux allemands, c’est la logique du Pacte de Responsabilité: dévaluer, baisser les prix de revient des entreprises, en amputant les transferts et salaires indirects. Malheureusement la France n’a plus une compétitivité au niveau de celle de son grand voisin et reste lourdement handicapée par rapport au marché hors UE. Cette dévaluation interne conduit à un suicide collectif que les français n’ont pas vu venir en plébiscitant l’action de Valls à 58%. C’est la preuve qu’une opération d’enfumage est en cours qui consiste à transférer la responsabilité du chômage sur les patrons, le Medef, la droite, les chefs d’entreprise, etc. Et nos idiots de droite n’ont pas compris le piège : maintenant si le chômage ne baisse pas, ou pas assez, ce sera la faute des patrons, de la droite, bref des classes sociales qui ne votent pas socialiste. 

Alors que peut-on attendre de cette nouvelle équipe pour diminuer les dépenses. Faut-il compter sur Marisol Touraine qui a réussi à battre le record de déficit de la sécurité sociale avec 16,2 milliards ? Faut-il compter sur Marylise Lebranchu qui a tout fait pour protéger l’administration territoriale pour un coût supplémentaire de près de 15 milliards par an. C’est elle qui dès son arrivée a supprimé le jour de carence des fonctionnaires qui avait démontré son efficacité redoutable en faisant massivement reculer l’absentéisme notamment à l’hôpital. Cette seule mesure a coûté à la France 450 millions alors qu’un simple alignement sur le régime du privé pourrait à contrario rapporter plus de 2 milliards. 

Faut-il compter sur l’inénarrable Michel Sapin grâce auquel le nombre de chômeurs s’est accru de 365 000 officiellement, probablement plus de 450 000 dans la réalité, et cela malgré une dépense de plus d’un milliard pour créer des emplois aidés inutiles ? Faut-il compter sur Le Foll qui va marquer Valls à la culotte et qui a eu le « mérite » de faire disparaître 30.000 exploitations agricoles en deux ans ? Faut-il compter sur Fabius qui décore son bureau de tableaux de maîtres, a toujours en tête de bombarder la Syrie au profit de ses amis israéliens et américains et manipule la révolution ukrainienne via l’Otan dans le seul but de couper la Russie de sa base militaire sur la Mer Noire au profit des mêmes ? 

Non moi je plébiscite Christiane Taubira, sauvée des eaux in extremis, avant de tomber moi-même dans la délinquance et le trafic en tous genres pour pallier à ma baisse de niveau de vie ! Enfin une nouvelle « gaie » ! 

Le changement ce n’est pas maintenant 

Car on ne change pas une équipe qui perd ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon