jeudi 13 mars 2014

Le compte à rebours est commencé !

Les évènements politico-judiciairs remplissent les médias et les informations quotidiennes qui nous parviennent. Plus navrantes les unes que les autres, plus insignifiantes les unes que les autres pour notre bonheur personnel et collectif, elles enfument nos esprits quand la bataille électorale bat son plein pour les municipales. Le combat dans les grandes villes est politique, il s’éloigne heureusement dans nos bourgs de province, ceux où l’on connait encore ceux pour qui l’on vote. Nos politiques ont perdu leur crédibilité comme la France a perdu son identité dans l’UE et son indépendance dans sa vassalité aux USA. 

Nous barbotons dans l’écume des évènements qui emportent notre pays dans les grands courants de l’économie mondiale que nous ne maîtrisons pas, évènements que l’on nous cache soigneusement grâce à l’impéritie ou (et) la félonie de nos politiques, et grâce à la soumission de nos médias subventionnés. L’important est ailleurs et va remodeler un monde où les armes des puissances militaires font entendre le son de leurs bottes sur les territoires dont la possession économique est stratégique. 

Que passe-t-il de si important ? La guerre économique est à un tournant. Le système monétaire international basé sur le dollar est en péril et chaque pays est en train de regarder à sa porte pendant que la mondialisation emporte les économies dans d'énormes transferts de capitaux entre grands blocs et des inégalités croissantes entre eux et à l’intérieur de ceux-ci. Les pays émergents dont la Chine, l’Inde et la Russie, plus généralement tous les pays hors USA et ses vassaux européens, font le constat que la politique de la planche à billets américaine, des taux d’intérêts bas, d'expansion du crédit, politique qui a permis des entrées colossales de capitaux, se retourne désormais contre eux. Elle les a fragilisés et rendus dépendants de la politique économique et monétaire des États-Unis. 

Les énormes liquidités émises dans les différents QE (Quantitative Easing) ont profité essentiellement aux marchés, donc à la spéculation, et peu à l’économie productive. La dette américaine et mondiale atteint des sommets record. Le "Taper" est en route, c’est-à-dire le pied sur le frein dans la création monétaire. Le système économique et monétaire basé sur la mondialisation (intégration, coopération, coordination) détruit désormais les économies basées sur la fuite en avant, c’est-à-dire sur des croissances factices. La Chine est inquiète et son économie est fragilisée, en Russie aussi. Tous ces pays se concertent. La Chine essaie d’imposer le yuan dans sa zone asiatique et entasse de l’or. La Russie protège une zone économique proche de ses frontières en l’extrayant de l’influence économique, monétaire et financière américaine. La présence des bottes russes en Ukraine montre bien que l’important est ailleurs pour des français, enfumés de batailles politiques tragiquement inutiles qui ridiculisent notre pays, devenus quantité négligeable sur le plan international hors du porte-voix de l’Amérique ! 

Tout est économique, tant est que l’économie fait non seulement partie de la politique et même de la géopolitique. C’est le moteur de l’économie qui nourrit les guerres, dont les dogmes, les idéologies, les clans, les ethnies, servent de raison pour faire adhérer les opinions et disposer de la chair à canons. La raison démocratique en est un exemple actuel. Tout n’est en réalité que guerre d’obtention des richesses du sol, où le pétrole et le gaz tiennent une place de premier plan, et de tout ce qui nourrit la puissance économique d’un pays.

La rupture est en route. Pendant trente ans le système économique et monétaire de l’argent répandu en masse sur l’économie mondiale a permis à de nombreux pays de créer des systèmes économiques et militaires qui finissent par faire concurrence aux stratégies américaines. Pendant cinq ans jusqu’en 2013 tout s’est accéléré et les bonnes santés apparentes des pays émergents ont masqué des déséquilibres profonds dans des croissances artificielles. Tout a une fin et les USA doivent changer leur cap, l’argent va moins inonder les capitaux mondiaux parce que l’économie américaine ne produit pas la croissance attendue par rapport aux sommes monétaires créées et aux dettes publiques engagées. Les USA retirent le tapis de la croissance mondiale. Tout menace de s’écrouler car on a volontairement oublié que la croissance pérenne ne peut être artificielle. 

Quand les armes se font entendre, c’est que la guerre économique prend une tournure gravissime et nous y sommes. Poutine a compris que l’économie américaine va étouffer la Russie, et que la mondialisation, sous impulsion américaine la rend de plus en plus vulnérable à cette stratégie et à celle de ses vassaux européens. Il ne partira pas de Crimée pour des raisons économiques et militaires. Les armes sont le moyen ultime quand on ne peut plus résister économiquement. Il fera tout pour que l’Ukraine des richesses du sol et de l’industrie reste liée à la Russie. Il est évidemment prêt au partage est-ouest de ce pays quoiqu’il en dise aujourd’hui s’il le faut. 

USA, vassaux européens et japonais d’un côté, Chine, Russie, Inde, Brésil, Afrique du Sud, etc. de l’autre vont s’affronter dans un combat titanesque où le système international de la monnaie basé sur le dollar est sur la sellette. Ce combat amène les économies à prendre du recul par rapport à la mondialisation et chacun va baliser son camp au bruit des bottes s’il le faut. L’important est-ce Copé, Taubira, Sarkozy, Buisson, les municipales ? Ce ne sont que ce que livre une petite lucarne qui ne dirige notre regard que dans la direction voulue, un espèce de jeu du cirque pour nous faire oublier que le compte à rebours est commencé pour le meilleur ou pour le pire ! Le gel des retraites ou l’augmentation de la TVA ne seront même que roupie de sansonnet devant ce qui nous attend ! 

L’important n’est pas ce que l’on regarde, 

Mais de chercher ce qu’on nous cache ! 

Notre survie d’homme libre 

Est à ce prix ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon