vendredi 28 mars 2014

Dimanche on vote ou pas ?



Telle est la grande question qui va agiter encore de nombreux électeurs. Ils vont se diviser en trois, ceux qui iront voter pour une liste, ceux qui vont faire semblant de voter et ceux qui n’iront pas voter. Nul doute que le plus grand parti de France est le parti des abstentionnistes, auxquels il faut ajouter ceux qui ont mis dans  l’urne une enveloppe vide ou avec un bulletin surchargé. En fait ces trois camps se réduisent à deux, ceux qui espèrent encore et qui pensent que l’UMPS a néanmoins un avenir pour sortir la France de l’impasse ou que le FN et d’autres vont faire bouger les choses et ceux qui ne croient plus à rien tant on les a enfumés, trahis, empapaoutés, et qui disent non au cirque politique qui tue la vraie démocratie.

La France arrive au bout d’un cycle, celui de la Vème République. Je me souviens d’autant mieux de la fin de la quatrième que je m’apprêtais à rentrer dans la vie active. Tout partait en quenouille, les gouvernements se succédaient et disparaissaient à peine arrivés au pouvoir. Les tractations, les coalitions politiques remplissaient la vie publique. Les pouvoirs du Président de la République ne permettaient que de recevoir la démission du Président du Conseil et de solliciter puis d’accepter son successeur. La France ne croyait plus en elle-même. Les prix des loyers à Paris étaient exorbitants et on ne pouvait plus s’y loger faute de logements libres. On faisait la queue dès 6 heures du matin à l‘ouverture des kiosques à journaux pour être le premier à lire les annonces de locations. Les offres étaient immondes, les trois mois de loyers d’avance étaient la règle plus une caution de dégradation possible. Pour les jeunes c’était la galère. De Gaulle fut le semeur d’espoir. 

Nous sommes en train de retourner vers une situation similaire avec un pouvoir d’achat encore supérieur mais qui  va se détériorer comme en Grèce avec un chômage non maîtrisé. Le gouvernement bricole les chiffres du chômage du quatrième trimestre 2013 pour les faire rentrer sous la barre des 10% en métropole. Toutefois les chiffres de janvier sont mauvais et ceux de février catastrophiques avec 0,9% où même le chômage des jeunes ne diminue plus. Avec 15,3% de chômeurs mon département de l’Hérault figure parmi les départements les plus mal lotis comme tout le Languedoc-Roussillon qui ne vit pas des retraités en mal de soleil. Tout le monde ne peut pas vivre en Haute-Savoie pour bénéficier du travail en Suisse. 

Les socialistes sont aux manettes après le vote sanction de l’ère Sarkozy et nous tombons de Charybde en Scylla. Le socialisme retrouve ses tares qui lui ont fait donner les pleins pouvoirs à Pétain, pleins pouvoirs que Hollande a repris démocratiquement en tenant l’Etat, les deux Assemblées du Parlement, 21 Régions sur 22, la grande majorité des départements, la plupart des grandes villes et des communautés de communes, bref tout ce qui permet une forme de dictature que seule l’économie peut sanctionner. Alors le danger c’est la perte de démocratie, la perte de ce qui est essentiel, la liberté d’exprimer sa pensée oralement et par écrit, d’agir, de se réunir. La délation, l’espionnage et la censure viennent d’être réintroduits dans la boîte à outils politique qui restreint la démocratie et la liberté.

Mitterrand a été un maître en la matière et il a remis à la mode les méthodes des années 40. Moi Président  suit ses traces en bon élève qui a appris à la source. Souvenez-vous que Moi Président baignait dans la soupe élyséenne sous Tonton. L’avez-vous entendu dénoncer les écoutes de l’Élysée alors que le scandale était devenu public ? Pire, Tonton l’a obligé à voter une amnistie scandaleuse. Moi Président n’a pas eu le courage de se rendre à l’assemblée et il a donné sa clef de vote à un tiers ! Sous Mitterrand, Moi Président a avalé toutes les couleuvres et a couvert toutes les turpitudes de Tonton : le bourrage des urnes, les malversations à Marseille, dans le Nord et ailleurs. C’était pour la bonne cause ! Moi Président je suis complice de tous ces délits mais la justice a refusé de l’entendre. Merci à Taubira et au Syndicat de la Magistrature ! 

Sarkozy a été mis sur écoute depuis un an par des juges d’instruction. Avant toute chose, croyez-vous vraiment à cette fable ? Sarkozy a très certainement été mis sur écoute depuis bien plus longtemps et dès le début de la campagne présidentielle. Il n’était pas le seul et plusieurs de ses collaborateurs ont également été espionnés. Et on apprend maintenant que l’avocat de Sarkozy était aussi sur écoute. La relation avocat-client est privilégiée et constitue un des piliers fondamentaux des droits individuels. Taubira s’en fout complétement et s’assoit tranquillement dessus ! Même les avocats de gauche crient au scandale. Moi Président avait promis une justice exemplaire et totalement indépendante du pouvoir politique. Quelle farce ! Il a laissé Taubira faire le sale boulot. 

Sa soi-disant réforme du statut du procureur n’est qu’une façade. Même l’Union Syndicale des Magistrats, organisme de gauche, a déclaré : « le nouveau procureur sera, en tant que membre du parquet, soumis hiérarchiquement à la chancellerie, ce qui présentera le même risque d’enterrement des affaires sensibles que précédemment. » Et nous savons bien que les scandales de détournement de fonds dans les régions, départements ou villes, dirigés par des socialistes continuent à être étouffés. La France se pourrit et se meurt. Peut-on même penser que DSK soit un sauveur loyal et intègre, alors qu’il créée une société d’investissement avec son siège au Luxembourg, paradis fiscal, pour échapper au fisc français ? 

Alors votera ou ne votera pas ? Voter pour l’UMP ? Non, c’est voter pour la pensée unique, celle qui génère des autistes malvoyants sauf en ce qui concerne leurs prérogatives et leur argent, celle qui lègue à Bruxelles notre pouvoir de décision et récolte l’austérité et la dégénérescence d’un pays qui ne se reconnait plus. La droite c’est aussi Balkany, Tibéri, Longuet, Woertz, Léotard, Jupé qui trempent ou ont trempé dans des affaires mises en justice. Elle ne le cède en rien à Harlem Désir, Guérini de Marseille, Dalongeville à Hénin-Beaumont, Mellick à Béthune, etc.

La Vème République est corrompue et on retrouve les stigmates de la précédente, avec ses « ballets roses », dans la montée de la désespérance. L’incapacité à gouverner de nos élites s’abreuve dans l’inertie, la guerre des égos, l’allégeance à l’étranger dans un européisme transatlantique poussé par les puissances de l’ombre. L’abstentionnisme est sans doute la sanction la plus grave avant celle de la descente massive dans les rues et la mise en prison de ceux qui ont assassiné la France avec leurs complices banquiers et lobbies internationaux. 


Quand l’urne est délaissée, le peuple prend les armes ! 

Il nous faut dans l’espoir canaliser nos larmes, 

Il faut dans la jeunesse ancrer le devenir. 

La place est à celui qui croit en l’avenir ! 

Par incapacité, ils ont tous fait un bide 

Cherchons qui s’assoira… 

dans cette chaise vide ! 

Jacques Ouvert 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon